Foire aux questions

Vous avez des questions? Vous trouverez probablement une réponse en visitant notre foire aux questions.

Rechercher un mot clé

En général

C'est un parcours de formation rémunéré qui alterne le travail en service de garde éducatif à l’enfance, les études au cégep et, en fin de parcours, il donne la possibilité d'une courte démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC). Ce parcours mène à l'obtention de l'Attestation d’études collégiales - Techniques d’éducation à l’enfance (AEC en TEE).

Les étudiant(e)s sont rémunéré(e)s pendant les heures travaillées ET pendant les heures étudiées. Ainsi, il s’adresse aux personnes en emploi, nouvellement embauchées ou avec peu d’expérience.

Toute personne intéressée à faire le saut pour devenir éducatrice ou éducateur à l’enfance diplômé. La personne doit néanmoins être embauchée par un service de garde éducatif à l’enfance. Il est possible de postuler sur les emplois en ligne en allant sur la page Le Parcours.

Il peut également s’adresser à des personnes peu expérimentées, travaillant déjà en service de garde éducatif à l’enfance (SGÉE), qui souhaitent obtenir leur AEC en Techniques d’éducation à l’enfance.

Les services de garde admissibles dans le cadre du projet sont

  • Les centres à la petite enfance (CPE)
  • les garderies subventionnées
  • les garderies non subventionnées

Tout employeur de service de garde éducatif à l’enfance (SGÉE) admissible qui a besoin de remplaçantes ou remplaçants à court terme et d’une relève compétente et qualifiée à moyen ou long terme.

Tout employeur de service de garde éducatif à l’enfance (SGÉE) admissible qui souhaite développer les compétences et favoriser la fidélisation de son équipe de travail.

Le Programme de formations de courte durée (COUD) privilégiant les stages dans les professions priorisées par la CPMT soutient principalement les secteurs ayant un besoin de main-d’œuvre. Ce financement est issu du Fonds de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre (FDRCMO). Il finance la formation des travailleuses et travailleurs n’ayant pas toutes les compétences requises pour leur emploi. Cette situation peut découler du fait qu’ils viennent d’être embauchés ou qu’ils viennent d’obtenir une promotion. Il permet aussi la requalification des personnes ayant perdu leur emploi.

Une partie de la formation doit se faire par des stages en milieu de travail. L'implication des entreprises dans la formation de leurs travailleuses et travailleurs est donc nécessaire.

Pour plus d'information, consulter : https://www.cpmt.gouv.qc.ca/grands-dossiers/fonds/coud.asp

Une Attestation d’études collégiales (AEC) en Techniques d’éducation à l’enfance. Afin d’être officiellement reconnu(e) comme étant qualifié(e), l’étudiante-travailleuse ou l’étudiant-travailleur devra remplir les conditions d’heures de travail cumulables du ministère de la Famille.

Oui, le Parcours travail-études en petite enfance permet une passerelle vers le Diplôme d’études collégiales (DEC) en Techniques d’éducation à l’enfance. Si l’étudiant(e) souhaite poursuivre après l’obtention de son AEC en TEE, il ou elle devra faire la démarche individuelle d’inscription au programme auprès d’un cégep offrant le DEC en TEE.

Les cégeps suivants offriront l’AEC en anglais, mais seulement à partir de l’hiver 2022 :

  • Cégep Vanier (Montréal)
  • Cégep Champlain (Saint-Lambert)

A l'hiver 2022, 22 cégeps offriront le Parcours travail-études en petite enfance à travers le Québec.

  • Cégep André Laurendeau ( offre hybride)
  • Cégep de Baie-Comeau (offre en ligne)
  • Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue (offre en ligne)
  • Cégep de la Pocatière (offre en ligne)
  • Cégep de l'Outaouais (offre hybride)
  • Cégep de Matane - Groupe Collegia (offre en ligne)
  • Cégep de Rimouski (offre en ligne)
  • Cégep de Saint-Félicien (offre en ligne)
  • Cégep de Saint-Foy (offre hybride)
  • Cégep de Shawinigan (offre hybride)
  • Cégep de Sorel-Tracy (offre hybride)
  • Cégep de Victoriaville (offre en présentiel)
  • Cégep Édouard-Montpetit (offre en présentiel)
  • Cégep de Granby (offre en ligne)
  • Cégep régional de Lanaudière à l’Assomption (offre hybride)
  • Cégep de Saint-Hyacinthe (offre en ligne)
  • Cégep de Sherbrooke (offre en présentiel)
  • Collège Champlain-St-Lambert (offre en ligne)
  • Collège Lionel-Groulx (offre en ligne)
  • Collège Montmorency (offre en présentiel)
  • Vanier College (offre hybride)

L’éducatrice ou l’éducateur titulaire d’une AEC en TEE doit avoir cumulé trois années d’expérience pertinente reconnue aux fins de la qualification*.

*Aux fins du calcul des années d’expérience pertinente, une année correspond à 1 664 heures entièrement rémunérées. Un total de 4 992 heures doit donc être cumulé. Seules les absences entièrement rémunérées par l’employeur sont comptabilisées dans ce calcul (p. ex. vacances annuelles, jours fériés, banque de congés de maladie et personnels). Ne sont donc pas considérées les périodes d’absence suivantes : congé parental, congé de maternité, congé de paternité, retrait préventif, congé non rémunéré, accident de travail ou maladie professionnelle (CNESST2), invalidité (assurance salaire), congé sans solde, etc.

Voici le lien de la Directive concernant l’évaluation de la qualification du personnel de garde qui vous permettra de vous y référer si vous avez d’autres questions :

https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/...

Oui, l’employeur a effectivement le droit de mettre fin au contrat à la fin de la période de probation, puisqu’il s’agit d’un contrat de travail. Comme le COUD est basé sur un lien d’emploi, cela voudra dire, de facto, que la personne ne pourra plus suivre l’AEC dans le programme COUD, à moins d’établir un autre lien d’emploi avec un nouvel employeur.

Il est à noter que le Parcours travail-études en petite enfance actuel est organisé sur la base du programme d’AEC commun offert par différents cégeps, mais ne correspond, pas pour le moment, au programme développé spécifiquement pour les services de garde éducatifs autochtones. En effet, il existe déjà une AEC conduisant à la profession d’éducatrice ou d’éducateur en services à l’enfance autochtone, adaptée aux traditions et à la pédagogie des premières nations d’une durée de 1455 heures et directement qualifiante. Voici le lien vers le programme . 

Les candidat(e)s peuvent déposer une demande d’inscription pour le Parcours travail-études en petite enfance, mais s’ils désirent travailler en milieu de garde éducatif autochtone, ils doivent vérifier la faisabilité directement avec le milieu.

Il est à noter que le programme en anglais sera disponible dans deux cégeps au Québec, Vanier et Champlain pour l’hiver 2022. Nous ne sommes pas encore en mesure de savoir si le programme sera offert à distance. 

Pour un soutien externe, vous pouvez consulter votre association patronale, ou un avocat en droit du travail spécialisé en milieu syndical.

Si vous êtes membre de l’AQCPE, prenez un rendez-vous gratuit de 15 minutes avec un avocat en droit du travail afin de vous conseiller concernant tout enjeu syndical.

Si vous êtes membre de la CQSEPE, vous pouvez également obtenir un soutien gratuit de 15 minutes. Pour ce faire, contactez directement les avocats de la CQSEPE en écrivant un courriel à : avocats@cqsepe.ca.

Je suis candidat(e)

De façon générale, pour être admissible au Parcours travail-études en petite enfance pour la session d'automne 2021, les candidat(e)s doivent:

  • Avoir 18 ans et plus;
  • Être résident(e) permanent(e) ou citoyen(ne) du Canada;
  • Avoir complété des crédits de secondaire 5. Si secondaire 4, admission sous certaines conditions selon les cégeps.

  • Être prête à s’engager pour un minimum de 18 mois avec un employeur unique dans un parcours où elle travaillera en moyenne entre 10 à 20 heures par semaine dès le début de la formation, et où elle sera rémunérée pour suivre ses cours (15 h par semaine) afin d’apprendre ou de parfaire ses connaissances du métier. Il est aussi possible que la personne ait besoin d’étudier au moins 3 heures par semaine. Le tout se fera sur son temps personnel sans rémunération.
  • Obtenir une promesse d’embauche de la part d’un employeur de services de garde éducatifs à l’enfance.
  • Démontrer une certaine autonomie dans l’apprentissage des compétences.
  • Être capable de travailler en français (oral et écrit).
  • Être en mesure de pouvoir utiliser les outils numériques pour suivre la formation à distance.

Les candidat(e)s devront débourser les frais d’ouverture de dossier et certains autres frais afférents auprès du cégep. Ce montant varie d’un cégep à l’autre, mais il est généralement inférieur à 200 $ par session.

L’employeur est libre de conserver un lien d’emploi avec l’éducatrice-étudiante ou l’éducateur-étudiant.

Il est de la responsabilité de la travailleuse-étudiante ou du travailleur-étudiant d’assister à ses cours pour recevoir son salaire. En cas d’absence, elle ou il sera payé(e) ou non selon les modalités de son contrat.

En cas d’échec, les politiques du collège prévalent. Si la reprise est possible, elle devra se faire aux frais de la personne, sans rémunération et selon l’offre disponible.

Le programme d’études fait relâche 4 semaines pendant la période d’été et 2 semaines pendant les vacances des fêtes. Les normes du travail s’appliquent pour les éducatrices et éducateurs en formation qui demandent des vacances.

Toutefois, l’éducatrice ou éducateur en formation pourrait décider de ne pas prendre de vacances et de se rendre disponible à temps plein durant cette période pour son employeur.

Tout dépend de la politique des conditions de travail ou de la convention collective en vigueur dans le service de garde éducatif à l’enfance (SGÉE).

Oui, toutes les heures travaillées sont cumulables pour la qualification.

Non, les heures de stage font partie du parcours de formation et ne sont pas qualifiables.

Oui, si les personnes en poste dans un service de garde éducatif à l’enfance remplissent les conditions d’admission à l’AEC du cégep choisi, elles peuvent être éligibles au nouveau Parcours travail-études en petite enfance.

Elles doivent manifester leur intérêt auprès de leur employeur. Celui-ci devra s’inscrire sur l’espace employeur du portail et indiquer qu’une de ses éducatrices ou éducateurs en poste souhaite participer au Parcours travail-études en petite enfance.

Oui, si leur employeur remplit les conditions d’éligibilité et que la candidate ou le candidat est admissible au Parcours, elles peuvent continuer à travailler pour leur employeur actuel tout en suivant la formation du Parcours travail-études en petite enfance.

Le Parcours permet d’être rémunéré pour étudier et perfectionner le métier d’éducatrice ou éducateur. Il permettra d’atteindre rapidement la qualification requise pour être éducatrice ou éducateur qualifié en petite enfance. Il permet également une passerelle vers le diplôme d’études collégiales (DEC) en technique d’éducation à l’enfance

En tant que personnes déjà en poste dans un service de garde éducatif à l’enfance depuis plus de deux ans, elles pourraient être éligibles à la démarche de la reconnaissance des acquis et des compétences (RAC régulière), qui mène vers l’obtention de l’attestation d’études collégiales en technique d’éducation à l’enfance (AEC TEE) ou le diplôme d’études collégiales en technique d’éducation à l’enfance (DEC TEE).

La démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC régulière) qui, selon le profil du candidat ou de la candidate, peut mener vers l’AEC ou le DEC en petite enfance. Cette démarche est une démarche individuelle, qui n’entre pas dans le cadre du parcours travail-études en petite enfance.

Pour tous les détails sur la démarche RAC :

http://www.monretouraucegep.com/reconnaissance-des-acquis

Le Parcours travail-études en petite enfance s'ajoute aux parcours de formation qualifiants en petite enfance offerts au Québec. Plusieurs autres programmes d’AEC ou de DEC en technique d’éducation à l’enfance existent. Vous pourrez obtenir plus d’information auprès des cégeps offrant ces programmes de formation.

Le Parcours travail-études en petite enfance permet aux personnes inscrites d’avoir un emploi et donc d’être rémunérées pour étudier et apprendre leur nouveau métier au sein d’une équipe d’un milieu de garde éducatif en petite enfance.

Si la personne n’a aucune expérience en petite enfance, elle doit s’inscrire sur le portail en répondant aux offres d’emploi publiées par les milieux de garde éducatifs qui l’intéressent. Par la suite, elle doit passer les étapes de recrutement définies par les milieux de garde éducatifs et obtenir une promesse d’embauche pour compléter son dossier. Une fois le dossier complété sur le portail, ses informations seront transmises au cégep de son choix qui offre la formation en présentiel ou à distance afin d’ouvrir le dossier d’admission à l’AEC en technique d’éducation à l’enfance. Le cégep contactera les personnes individuellement pour finaliser l’inscription.

Les candidats ou candidates n’ayant aucune expérience en petite enfance peuvent postuler à toutes les offres d’emploi du portail qui les intéressent, à condition d’être éligibles au Parcours travail-études en petite enfance. L’évaluation de leur éligibilité se fait au moment de la création du profil dans le portail.

Attention de postuler aux offres d’emploi de votre région ou de régions où vous êtes en mesure de vous rendre de façon autonome pour travailler en présentiel.

Non, elles ne peuvent généralement pas participer au Parcours travail-études en petite enfance, car elles ont déjà démarré leur AEC en TEE dans un cégep.

Des exceptions peuvent survenir après une étude du dossier et une décision favorable à un éventuel transfert par les autorités du cégep.

Oui, mais des frais supplémentaires de scolarité seraient à prévoir. Adressez-vous au cégep dans lequel vous désirez suivre la formation pour plus de détails.

Il est fortement recommandé de choisir un cégep proche du service de garde éducatif dans lequel la travailleuse-étudiante ou le travailleur-étudiant travaille, question de faciliter le temps de déplacement. Si le cégep le plus proche ne peut pas dispenser la formation, nous vous référerons à un établissement qui offre le parcours en ligne.

Non, puisque la personne est payée et financée par un autre organisme, elle est inadmissible dans le cadre du programme des prêts et bourses.

L’article de la loi sur l’aide financière aux études indique ceci :

26. Malgré l’article 24, aucune dépense n’est admise pour un mois de l’année d’attribution pendant lequel l’étudiant est dans l’une des situations suivantes:

3° il bénéficie d’un programme de formation offert par le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale; Puisque ces étudiants bénéficieront d’une formation subventionnée par le MTESS, ils n’auront donc droit à aucune dépense admise dans le cadre des prêts et bourses.

Les participantes enceintes peuvent s’informer de leur admissibilité au programme Pour une maternité sans danger (PMSD). Il s’agit d’un programme de nature préventive visant le maintien en emploi sans danger de la travailleuse enceinte ou qui allaite. Si la travailleuse est admissible au programme, celle-ci a le droit d’être affectée à des tâches ne comportant pas de danger physique pour elle-même, son enfant à naître ou son enfant allaité soit en éliminant à la source le danger, en adaptant son poste de travail, en modifiant ses tâches ou en l’affectant à d’autres tâches. Pour favoriser le maintien en emploi de la travailleuse enceinte ou qui allaite, l’employeur peut demander à la CNESST un soutien financier pour permettre l’affectation. Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter la page suivante :

https://www.cnesst.gouv.qc.ca/fr/prevention-securite/milieu-travail-sain/programme-pour-une-maternite-sans-danger/retrait-preventif

En pareil cas, la participante et l’établissement d’enseignement doivent s’assurer d’arrimer la nouvelle affection avec le parcours de formation prévue.

Je suis employeur

Le Parcours concerne les milieux de garde éducatifs en installation. Les centres à la petite enfance (CPE), les garderies subventionnées et les garderies non subventionnées sont admissibles à accueillir des éducatrices et des éducateurs inscrits au Parcours travail-études en petite enfance. Les services de garde en milieu familial, les services de garde en milieu scolaire et les haltes garderies ne sont pas admissibles.

Le service de garde éducatif doit être reconnu comme un service de garde éducatif en installation au Québec et ainsi fournir un numéro de permis délivré par le ministère de la Famille, ainsi qu’un numéro d’entreprise national du Québec (NEQ) dans le profil employeur sur le portail. Les employeurs en CPE auront également besoin de déposer une copie de la résolution du conseil d’administration qui appuie leur participation au Parcours.

L'employeur rémunère l'ensemble des heures travaillées ET étudiées par sa travailleuse-étudiante ou son travailleur-étudiant, mais il reçoit une compensation financière mensuelle pour les 15 heures d'études accomplies chaque semaine par sa travailleuse-étudiante ou son travailleur-étudiant et pour un maximum de 15 $ de l'heure.

Le salaire de la travailleuse-étudiante ou du travailleur-étudiant lorsqu’elle/il accomplit les 10 à 20 heures de travail en moyenne chaque semaine reste donc à la charge de l’employeur. Les charges sociales, les vacances, les jours fériés et les congés de maladie si la politique des conditions de travail ou la convention collective en vigueur en octroie, sont aussi à la charge de l'employeur.

Il est fortement conseillé de passer par le Portail en ligne pour le recrutement d’une candidate ou un candidat externe ou l’inscription d’un employé ou une employée déjà en poste au Parcours travail-études en petite enfance, pour faciliter et accélérer les démarches administratives d’inscription.

Toutefois, une fois le recrutement effectué, peu importe le mode de recrutement, l'employeur a l’obligation de donner les informations (nom, prénom, âge, dernier diplôme obtenu, etc.) concernant le candidat ou la candidate externe ou son employé(e) déjà en poste. La compensation financière ne pourra être versée que lorsque le dossier sera complet.

Si la travailleuse-étudiante ou le travailleur-étudiant abandonne les cours, l'employeur doit rompre le contrat de travail le liant à l’éducatrice ou éducateur en formation dans le cadre du parcours travail-études en petite enfance. Toutefois, si l’employeur est satisfait de la qualité du service offert à titre d’éducatrice ou d’éducateur non qualifié, un contrat de travail temporaire ou permanent selon les besoins du milieu peut être offert.

La spécificité du parcours travail-études en petite enfance est qu’il s’agit obligatoirement d’une alternance travail-études. De fait, si une personne ne souhaite pas poursuivre le travail dans un milieu de garde éducatif auprès des enfants, elle ne peut pas poursuivre sa scolarité avec le cégep affilié. Ainsi, le contrat de travail sera rompu avec l’employeur.

Il n’y pas de priorité spécifiquement pour les travailleurs et travailleuses internes. Il est à noter qu’un employeur qui décide d’inscrire une candidate ou un candidat interne au COUD doit le faire en acceptant de libérer son employé(e) 3 jours par semaine sur son temps de travail si cette personne est à temps plein.

Prenez note qu’accompagner ses équipes de travail dans le développement de leurs compétences est une marque de reconnaissance et un levier de fidélisation pour un employeur. Il faut vérifier auprès des personnes-ressources si elles sont intéressées à participer au parcours travail-études en petite enfance pour obtenir l’AEC TEE.

Il n’y pas de limite indiquant le nombre de personnes pouvant participer au Parcours travail-études au sein d’un même service de garde éducatif à l’enfance. Toutefois, il est fortement recommandé de faire l’exercice de gestion de la planification de main-d’œuvre – GPMO, afin d’identifier combien de personnes employées le milieu est en mesure de libérer simultanément pour les périodes de cours et d’évaluer les coûts que représentent l’accueil et l’intégration des travailleuses-étudiantes et travailleurs-étudiants. Les employeurs peuvent se référer à un outil pratique offert en soutien dans la trousse employeur pour effectuer leur GPMO. Il est également possible d’étaler les inscriptions selon les différentes cohortes offertes au cours des trois prochaines années, et ce dans le but de minimiser l’impact du temps de libération des employé(e)s en formation pour leurs études.

Pour un employeur, investir dans la formation est perçu de façon très positive par les employés et employées. Cela permet d’améliorer la rétention en emploi du personnel déjà en poste, l’attraction pour les nouveaux employés et nouvelles employées, la fidélité et la reconnaissance de l’équipe et les meilleures pratiques professionnelles au sein du milieu. Cela mène ainsi à bâtir une image de marque auprès des parents clients du milieu de garde éducatif à l’enfance.

Oui, les personnes déjà à l’emploi au sein du service de garde éducatif à l’enfance doivent être inscrites par l’employeur. Il doit indiquer dans son profil employeur que l’un(e) de ses employé(e)s va participer au Parcours travail-études en petite enfance en indiquant ses informations personnelles d’identification et de contact.

L’employeur doit indiquer dans le profil employeur du portail que l’un(e) de ses employé(e)s en poste va participer au Parcours travail-études en petite enfance. Par la suite, il devra remplir un formulaire indiquant les informations personnelles d’identification et de contact de celle ou celui-ci et fournir les documents suivants :

- Le formulaire d’absence d’empêchement ;

- La copie de la carte RCR de l’employé(e) s’il y a lieu;

Par la suite il devra fournir une attestation d'emploi pour confirmer son choix (un modèle est disponible dans la Trousse employeur).

Ces informations seront directement envoyées au cégep pour ouvrir la demande d’admission à l’AEC - Techniques d'éducation à l'enfance.

Également, l'employeur devra fournir le dernier talon de paie de l'employé(e) avec le taux horaire à jour, qui servira de preuve pour le versement de la compensation financière pour les 15 heures d'études chaque semaine (pour un maximum de 15 $ de l'heure). La talon de paie ne sera pas partagé aux cégeps et sera uniquement utilisé par le promoteur du Parcours travail-études en petite enfance.

L’employeur est tenu de remplir les informations de l’employé(e) en poste et candidat(e) au Parcours sur le portail. Également, une clause au contrat de travail actif doit être ajoutée et indiquer que la personne employée va participer au parcours travail-études en petite enfance pour une durée de 18 mois. L’employeur doit s’engager à lui offrir 10 à 20 h en moyenne par semaine de travail.

Les avantages sont d’avoir de nouvelles recrues pour des remplacements à court terme (immédiatement dès le début de la formation) et d’avoir une main-d’œuvre qualifiée à moyen et long terme. De plus, les employeurs sont accompagnés dans leur démarche de recrutement grâce à la mise en place du portail unique pour les employeurs et les candidates ou candidats au Parcours travail-études en petite enfance.

Le Portail en ligne travailetudespetiteenfance.ca permet aux employeurs de diffuser leurs offres d’emploi et de les associer à la page de leur milieu de garde éducatif. Des outils RH sont également disponibles pour les accompagner à travers le recrutement dans la trousse employeur.

Pour accéder à la trousse employeur, visitez: https://csmoesac.sharepoint.co...

L’employeur doit inscrire son milieu de garde éducatif sur le Portail en ligne travailetudespetiteenfance.ca et y publier son ou ses offres d’emploi. Une fois ses offres d’emploi visibles, l’employeur recevra des candidatures par courriel et devra réaliser son recrutement à partir des CV reçus via le portail en ligne. La dernière démarche consiste à fournir les informations de la personne retenue sur le portail dans les délais d’inscription requis au Parcours travail-études en petite enfance.

L’employeur doit être en mesure d’offrir une rémunération complète à ses travailleuses-étudiantes et travailleurs-étudiants, et leur permettre de travailler entre 10 et 20 h en moyenne de travail par semaine pendant les 18 mois du Parcours travail-études et selon la grille salariale en vigueur dans son milieu de garde éducatif. L’employeur doit payer son personnel éducateur autant lorsqu’il travaille que lorsqu’il est en formation. L’employeur recevra un remboursement d’un maximum de 15 $/h pour les heures de formation suivies par ses travailleurs(-euses)-étudiant(e)s.

Un contrat de travail doit être rédigé et signé par l’employeur et l’employé(e) en formation pendant toute la durée de la formation (18 mois).

Enfin, l’employeur doit être en mesure de pouvoir libérer son éducatrice ou éducateur en formation en fin de parcours (10 h) pour compléter sa démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC), essentielle à l’obtention de l’AEC TEE.

Le salaire horaire de 15 $ est la rémunération remboursée à l’employeur lorsque les éducatrices et éducateurs sont en formation au Parcours travail-études en petite enfance. L’employeur peut aussi choisir de la payer au même salaire que son taux horaire durant la période de travail (ex : 16,77$), mais il devrait payer la différence entre le 15 $ et cet échelon.

Oui, dès que l’éducatrice ou éducateur en formation aura terminé ses études.

Oui, il faut absolument fournir la lettre de résolution du CA aux milieux de garde éducatifs constitués en OBNL. Cette lettre sera demandée pour constituer et valider l'espace employeur du milieu sur le portail en ligne.

Dans la réflexion pour déterminer la pertinence pour le SGÉE de participer au Parcours, il faut considérer :

  • S’il s’agit d’inscrire d’une personne déjà à l’emploi dans le SGÉE (si oui, à quel échelon est-elle ?) ou de recruter un(e) candidat(e) externe;
  • L’attraction et la rétention des candidates et candidats, afin que le poste offert soit intéressant par rapport aux autres postes offerts dans la région;
  • La convention collective, pour les SGÉE syndiqués

Non, ils ne peuvent pas, car ils n’ont pas les mêmes prérequis au niveau des qualifications que les services de garde éducatifs en installation.

Oui, les étudiantes ou étudiants pourraient travailler l’été dans les milieux de garde éducatifs, car ils ou elles auront 4 semaines d’interruption (cégeps).

Les normes du travail s’appliquent pour les éducatrices et éducateurs en formation. Ils ont le droit à des jours de congé en fonction des semaines travaillées ; soit pour une durée de travail de moins de 12 mois, une journée de congé par mois complet de service continu, sans dépasser deux semaines, de 1 an à 3 ans de service continu, deux semaines continues.

Oui, il peut recruter une candidate ou un candidat à l'extérieur de son milieu de garde éducatif à l’enfance. Il faudra une promesse d’embauche pour son inscription au cégep.

Le portail en ligne travailetudespetiteenfance.ca sera la vitrine des milieux de garde éducatifs. Il facilite le recrutement de candidatures externes pour les employeurs. Les employeurs peuvent ajouter leurs offres d’emploi, et les candidates et candidats intéressés par leurs offres pourront postuler directement via le portail.

Oui, il sera possible sur le portail en ligne d’indiquer quand les employeurs souhaitent participer au projet (exemple : cohortes à l’hiver 2022, octobre 2022, hiver 2023, etc.).

Selon ce qui est indiqué dans le contrat de travail, la vérification des antécédents judiciaires est à la charge de l’employeur ou des candidates ou candidats.

Le service de garde éducatif est responsable de payer le temps d’études des travailleuses-étudiantes et travailleurs-étudiants pendant ses études, ainsi que les charges sociales. Chaque mois, l’employeur fera une demande de réclamation des frais auprès du CSMO-ÉSAC pour le temps d’études de l’éducatrice ou éducateur en formation. Les frais admissibles sont uniquement le temps d’études (formation et demi-journée d’études) 15 $/h maximum ainsi que les 4 jours de libération pour permettre à l’étudiante-travailleuse ou étudiant-travailleur de terminer son parcours en reconnaissance des acquis (RAC).

Non, tous les autres frais, avantages sociaux, vacances, jours fériés, assurance, régime de retraite, charges salariales, congé de maladie, la différence entre le 15 $/h et le premier échelon de la structure salariale sont à la charge de l’employeur.

L’offre d’emploi dans le cadre du parcours travail-études en petite enfance doit être un contrat à durée déterminée.

Oui, les employeurs peuvent avoir plusieurs éducatrices ou éducateurs inscrit(e)s au Parcours travail-études en petite enfance, un ou une par installation par exemple. Cela pourrait être une bonne stratégie pour pallier les difficultés de remplacement des éducatrices et éducateurs en poste.

La formation sera dispensée en ligne, en hybride (en ligne et présentiel) ou en présentiel selon les cégeps participants.

Abonnez-vous
pour ne rien manquer!

Inscris-toi à l’infolettre pour être informé(e) de l’ouverture des inscriptions pour les employeurs(es) et les candidats(es) et des nouveaux postes publiés quotidiennement sur la plateforme.

Projet porté par :

CSMO-ÉSAC logo (Comité sectoriel de main-d'oeuvre, Économie sociale, Action communautaire).